Gros-Nez le quêteux

Un roman de Mario Bergeron

posté le 24-05-2015 à 06:04:28

Présentation

Ce court blogue de quinze articles a comme but de vous faire connaître mon plus récent roman. Je présente des caractéristiques du personnage vedette, avec de courts extraits. Ce lieu n'est pas un site de vente, mais d'informations. Cependant, en sachant que beaucoup de personnes d'Europe passent par ici, je m'en voudrais de ne pas signaler le distributeur de l'éditeur Marcel Broquet pour la France.

 


 
 
posté le 24-05-2015 à 05:49:41

Résumé

Entre 1890 et 1915, un homme, se faisant surnommer Gros-Nez, parcourt les routes des villes et campagnes du Québec, à la recherche d'amitié et de chaleur humaine. Observateur des hommes, des femmes et des enfants, le mendiant cherche à rendre service à autrui, en retour d'un repas, d'un coin pour dormir. Connaissant très bien les légendes relatives aux quêteux, Gros-Nez ajoute un peu de mystère entourant sa personne. À l'occasion, il rencontre certaines difficultés, mais sa quête d'humanité, entourée de bonté, arrive souvent à le satisfaire.  
 


 
 
posté le 24-05-2015 à 00:06:12

L'auteur : Mario Bergeron

Je suis un romancier de Trois-Rivières, au Québec, âgé de 59 ans. Adolescent, je m'intéresse aux arts et j'écris mon premier roman, à l'âge de 16 ans. J'ai exercé différents métiers, dont une dizaine d'années à la radio. Un retour tardif aux études me permet d'obtenir un diplôme doctoral en histoire. Parallèlement, le loisir de l'écriture est devenu plus sérieux au début des années 1990, menant à la création d'une trentaine de romans, dont dix ont été publiés. Gros-Nez lequêteux est ce dixième. J'ai aussi participé à quatre collectifs, dont deux comme historien. J'aime les chats, le café, l'hiver, la nuit, le blues, le jazz et le rock, la lecture, les vieux films noir et blanc, ainsi que la liberté.

 


 
 
posté le 23-05-2015 à 08:14:15

Deux caractéristiques du roman

Gros-Nez le quêteux est un roman sans chronologie. Ceci signifie que le personnage vedette peut avoir 23 ans dans un chapitre, 41 dans le suivant et 33 dans le troisième. Il s'agit d'une idée déjà présente dans mes romans Contes d'asphalte et Des trésors pour Marie-Lou. Pourquoi ? Pour insister sur le fait que chacun des 25 chapitres, thématiques, est une histoire complète en soi, avec un début et une fin. De plus, quelle règle établit qu'un roman doit suivre la route de A à Z ? Écrire un roman, c'est aussi faire preuve de créativité en ne suivant pas les chemins battus.

 


 
 
posté le 23-05-2015 à 05:54:27

Histoire et implication personnelle

Je n'ai jamais aimé l'idée de "roman historique" qu'on m'a imposée. Tant pis si des auteurs veulent donner des cours d'histoire en écrivant un roman, mais cela n'a jamais été mon but. Ce n'est pas parce qu'une fiction se déroule dans le passé qu'elle devient obligatoirement historique. Il n'y a eu aucune recherche dans des livres ou des journaux anciens pour ce roman. Aucune. Cependant, comme je suis historien, il y a certains éléments que je n'ai pas à vérifier, qui font partie de ma culture. J'ai glissé ces faits en douce, sans qu'ils ne nuisent aux caractères des personnages, aux situations. Par exemple : l'attitude méprisante des fermiers québécois envers les agronomes du gouvernement, tout ce qui est relatif aux forains, la vie dans les "Petits Canadas" dans les villes américaines de Nouvelle-Angleterre.

 


 
 
Chargement des articles suivants..